Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous le savons, choisir son premier modèle n’a rien de facile : une multitude de choix, des termes que l’on ne comprend pas toujours, des modèles tous très différents…

Mais alors, comment choisir ?

Vous aurez moins de risque de faire une erreur en allant dans une boutique physique, mais certains vendeurs peu scrupuleux (il en existera malheureusement toujours)vous raconteront n'importe quoi dans un but lucratif et non pas informatif.

Je préfère donc refaire un point général simple, à la portée de tous, indiquant surtout les éléments importants à ne pas négliger, en dehors de l'aspect esthétique qui vous sera personnel.

Le type de matériel

Pour assurer sa transition entre la cigarette classique et la cigarette électronique, il est important de connaître les différents types de matériels, scindés en 3 catégories principales :

  • modèles débutants
  • modèles intermédiaires
  • modèles experts

Il existe aussi 5 grands types de matériel (l'idéal pour débuter est de prendre un kit soit un ensemble de matériel qui vous permet d'avoir tout le nécessaire pour vapoter en toute tranquillité (résistances différentes, câble de charge, notice...)  :

  • Les puffs (ou e-cigarettes jetables)
  • Les pods (plusieurs types)
  • Les tubes AIO
  • Les mods électroniques (box ou tubes)
  • Les mods mécaniques (déconseillés pour débuter)

Le mieux est de vous mettre ci-dessous une vidéo explicative, qui sera bien plus claire que toute explication écrite.

Le type de vape (indirecte ou directe, aussi appelée MTL ou DL)

Pourquoi une différence ?

En fait, c'est comme la cigarette, il y a plusieurs manière de la fumer.

  • Soit on "crapotte", on met la fumée dans la bouche et on la recrache de suite.
  • Soit on avale la fumée, en contractant le larynx en premier, puis en avalant la fumée dans les poumons ensuite (inhalation indirecte).

Dans la vape, la 1ère étape n'existe pas, mais à la deuxième (inhalation indirecte), se rajoute l'inhalation directe.

Inhalation indirecte (MTL : Mouth To Lung) ?

Cette technique est quasi-instinctive chez les fumeurs qui avalent la fumée, raison pour laquelle on la conseille pour faire le transfert entre la vraie clope et la vape.

L’inhalation indirecte, n’est autre que la méthode d’aspiration de la fumée, stagnant quelques instants en bouche avant de l’inhaler dans les poumons.

C'est l'une des techniques idéale pour pouvoir se sevrer rapidement avec de forts taux de nicotine au départ, que l'on peu diminuer (pas trop vite) par la suite.

Inhalation directe (DL : Direct Lung) ?

Technique utilisée principalement par les fumeurs de chicha, aussi nommée narguilé.

Cette méthode de tirage, veut que l’on inhale directement la fumée dans les poumons, sans avoir été retenue au préalable en bouche (déconseillée avec de forts taux de nicotine).

Pour ceux qui auraient du mal à se représenter le geste, imaginez que le tirage se fait de la même façon que lorsque l’on aspire au travers d’une paille.

Si vous souhaitez vous entrainer, tirez sur votre e-cigarette en laissant un peu la bouche ouverte. Vous verrez que vous ferez beaucoup plus de vapeur. 😊

 

Connaître sa dépendance à la nicotine

Avant même de parler choix de matériel, c'est un élément crucial, car ne l'oublions pas, la e-cig est un moyen de réduction des risques pour les fumeurs. Si on ne fume pas, inutile de commencer à vapoter.

  • Petit fumeur (moins de 10 cigarettes par jour)
  • Moyen fumeur (entre 10 et 20 cigarettes par jour)
  • Gros fumeur (au dessus de 20 cigarettes par jour)

C'est ce facteur qui déterminera le taux de nicotine que vous devrez prendre dans vos e-liquides.

Même s'il est plus judicieux d'aller consulter un professionnel de l'addiction  pour calculer votre dépendance à la nicotine, vous pouvez réaliser vous même le test de Fagerström

Ce test se compose de six questions, toutes basées sur les habitudes du fumeur.

Chaque réponse comporte un nombre de points allant de 0 à 3.

Plus le résultat est proche de 10 et plus votre dépendance à la nicotine est grande.

Combien de temps après vous être réveillé fumez-vous votre première cigarette ?
Dans les 5 minutes : 3 points
6 à 30 minutes : 2 pt
31-60 minutes : 1 pt
Plus de 60 minutes : 0 pt


Est-il difficile de s’abstenir de fumer dans les endroits où c’est interdit ?
Oui : 1 pt
Non : 0 pt
À quelle cigarette renonceriez-vous le plus difficilement ?
À la première cigarette : 1 pt
À une autre : 0 pt


Combien de cigarettes fumez-vous par jour, en moyenne (roulées = X2) ?
10 ou moins : 0 pt
11 à 20 : 1 pt
21 à 30 : 2 pt
31 ou plus : 3 pt


Fumez-vous à intervalles plus rapprochées pendant les premières heures de la matinée que durant le reste de la journée ?
Oui : 1 pt
Non : 0 pt


Fumez-vous lorsque vous êtes malade, au point de rester au lit ?
Oui : 1 pt
Non : 0 pt

Pour calculer différemment le taux précis de nicotine que vous devez consommer par jour pour ne pas ressentir le manque, prenez le dosage de nicotine de votre paquet de cigarettes, puis multipliez-le par le nombre de clopes que vous consommez par jour.

Par exemple, vous fumiez 15 cigarettes par jour, toutes dosées avec un taux de 0.6mg de nicotine. Le calcul est le suivant : 15 x 0.6 = 9. Vous pourrez donc choisir des liquides pour cigarette électronique à partir d'un dosage de 9mg/ml de nicotine.

Voici une liste approximative des taux de nicotine fréquents dans les e-liquides et leur correspondance en nombre de cigarettes fumées par jour  (attention si vous fumez des roulées, il faut multiplier le nombre de cigarettes fumées par 2):

  • 2mg/ml : moins de 10 cigarettes par jour
  • 4mg/ml : entre 10 et 15 cigarettes par jour
  • 8mg/ml : entre 15 et 20 cigarettes par jour
  • 11mg/ml : entre 20 et 30 cigarettes par jour
  • 18mg/ml : plus de 30 cigarettes par jour

 

Les e-liquides : le ratio des 2 composants principaux

En plus de la nicotine nécessaire dans un sevrage tabagique, la base du e-liquide est faite de propylène glycol (PG) et de glycérine végétale (VG) et d'eau.

Le ratio de ces 2 composants majeurs est toujours noté sur les e-liquides.

Selon ce ratio, combiné avec le taux de nicotine qui vous sera adapté, le ressenti en gorge sera différent.

La proportion entre ces deux ingrédients va jouer sur votre vape
(ce qu'on appelle le Hit)

La Glycérine Végétale (VG)

Ingrédient principal d’un e-liquide, la glycérine végétale est incolore,  inodore et possède un goût légèrement sucré (faiblement toxique si ingéré).

La glycérine végétale est utilisée dans bien d’autres domaines que la vape comme le savon, les détergents, les médicaments (support pour antibiotique, antiseptique, ou gélules), les produits cosmétiques, les aliments, les boissons.

La glycérine végétale pour cigarette électronique est appréciée des vapoteurs pour son hit léger (ressenti en gorge) et sa production de vapeur généreuse.

Plus la proportion de VG est haute dans votre e-liquide, plus vous ferez de vapeur au détriment des arômes.

Attention : un taux de VG élevé ne peut pas être utilisé sur tous les matériels, car vous aurez un e-liquide épais.

Cela pourrait créer un encrassement prématuré de la résistance de votre appareil.

Le mieux pour ne pas rencontrer ce type de problème est de ne pas dépasser 50/50 PG/VG lors du choix de votre e-liquide.

Le Propylène Glycol (PG)

À l'inverse, si votre e-liquide est fortement dosé en PG, les saveurs de votre arôme seront mises en valeur. 

Outre son utilisation dans la fabrication d’e-liquides pour cigarettes électroniques, le propylène glycol est couramment utilisé dans les industries pharmaceutiques, cosmétiques et agroalimentaires.

Le propylène glycol est métabolisé dans le foie ainsi que dans les reins. Le PG est typiquement expulsé 3 à 4 heures après son absorption et ne présente, si consommé normalement, pas de danger pour la santé.

Attention : un taux de PG élevé pourra être plus agressif pour les muqueuses.

Sur tous les matériels, le ratio de PG/VG ou VG/PG (attention au sens c'est important) maximum conseillé est indiqué.

 

La valeur en OHM de la résistance de votre matériel

L’Ohm est l’unité de mesure d’une résistance électrique.

Vous la voyez apparaître sous le symbole oméga Ω sur les résistances de e-cigarette.

Toutes les résistances pour cigarettes electroniques
disposent d’une valeur en ohm (Ω)
et d’une plage min/max d’utilisation en watts (W).

Quelle valeur choisir quand on veut débuter la vape ?

Il est conseillé de commencer la vape avec des résistances dont la valeur est supérieure à 1 ohm (plus précisément, entre 0.8 ohm et 1.8 ohm environ), et donc de choisir un matériel en conséquence adapté à la vape MTL.

La vape serrée induite par ces résistances à haute impédance est bien plus agréable pour quelqu’un qui vient tout juste d’arrêter de fumer pour passer à l’e-cigarette.

De plus, les résistances hautes n’ont pas besoin de beaucoup de puissance pour fonctionner (cas des petits pods discrets par exemple).

En effet, la vitesse de chauffe est moins rapide que pour une résistance inférieure à 1 ohm (que l'on appelle sub-ohm).

La vapeur a une température qui varie de chaude à tiède. L’avantage, c’est que le vapoteur peut utiliser des batteries peu puissantes, sans réglages trop techniques.

ATTENTION : presque tous les matériels du marché sont compatibles avec les deux types de vape, mais certains sont uniquement orientés MTL ou DL et pas les deux.

 

Le réglage (ou non) de la puissance en watts

Beaucoup de matériel pour débutant n'ont pas de réglage des watts. En fait, pour se familiariser avec la vape, on n'en a pas forcément besoin.

À chaque matériel correspond un type de vape (MTL ou DL), et à chaque type de vape correspond un matériel spécifique et une plage de résistance spécifique.

À chaque valeur de résistance donnée, une puissance minimale et maximale à lui appliquer est donnée en Watts (soit inscrit sur la résistance elle même, soit sur l'emballage).

Une fois que vous connaissez la valeur de votre résistance, vous pouvez déterminer quel wattage minimum et maximum elle peut supporter :

  • Supérieure à 1 ,5 ohm : puissance inférieure à 10 Watts
  • 1 ohm - 1,5 ohm : 9 à 15 watts
  • 0,5 ohm - 1 ohm : 20 à 35 watts
  • 0,3 - 0,5 ohm : 20 à 60 watts
  • 0,15 - 0,3 ohm : 20 à 100 watts

C’est via les boutons + et - qu'on augmente ou diminue les watts
(ou flèche haut/flèche bas).

Par exemple, pour une résistance de 0,5 ohm,
il sera inscrit 0,5 Ω, et vous pourrez donc vapoter entre 20 et 35 watts
(vape assez puissante déconseillée pour les taux de nicotine élevés).

Ce critère est très important.
Prenons l'exemple d'une résistance à 0.8 ohms
qui doit être réglée entre 20 et 35 watts.

👁  si vous essayez de vapoter en dessous de 20 watts, vous n'y arriverez pas, très peu de vapeur sortira de votre bouche, car l'aspiration ne sera pas assez puissante pour faire chauffer la résistance et imbiber le coton qui sert à faire de la vapeur.

👁 à l'inverse, si vous dépassez les 35 watts, la résistance va tellement chauffer, que le e-liquide contenu dans le coton ne sera pas suffisant pour que ce dernier reste imbibé, et vous cramerez votre résistance. Cela s'appelle un dry-hit et vous donne un goût de brûlé dans le bouche.

 

L'autonomie de la batterie (mAh)

Toute cigarette électronique se doit d’avoir une batterie pour fonctionner.

On dénombre deux types de batteries : intégrée ou amovible (nommée accu).

La capacité d'une batterie est définie en mAh (milliampère heure)

Plus ce nombre de mAh est grand, plus vous aurez d'autonomie,
c'est un détail à ne pas négliger surtout si on est gros fumeur.

Dans la pratique, il est difficile de donner des valeurs d'équivalence, car cette autonomie dépend de plusieurs autres facteurs, notamment :

  • de la résistance installée (en ohms)
  • de la puissance à laquelle vous vapez (watts)
  • de la manière et du temps de tirage pour une taf
  • du nombre de taf à la minute
  • etc...

Sans rentrer dans les détails techniques de la loi d'ohms, voici néanmoins à peu près, l'équivalent en cigarettes :

  • 350 mAh : env. 5 cigarettes
  • 650 mAh : env. 10 cigarettes
  • 1000 mAh : env. 15 cigarettes
  • 2000 mAh : env. 25 cigarettes
  • 3000 mAh : env. 35 cigarettes

Quoi qu'il en soit, pensez à toujours avoir sur vous un câble de charge, ou un 2ème matériel à disposition.

 

L'importance de l'airflow

L'airflow est l'élément qui permet au vapoteur de régler le débit d’air inspiré lors de l’inhalation. C'est un réglage mécanique présent sur presque tous les matériels, qu'il soit visible ou non.

Comment régler l’airflow ?

Le fonctionnement de l’airflow est des plus simples.
- Lorsqu’il est réduit, il aura tendance à diminuer la vapeur.
- À l'inverse, un large airflow propose une vape aérienne qui favorise cette production de vapeur.
- la position de l'airflow aura une importance sur la température de votre vape.

Pour obtenir le meilleur réglage possible, il est nécessaire de prendre en compte votre type d’inhalation (MTL ou DL) :

- En inhalation indirecte (MTL pour Mouth To Lung). Le flux d’air est saccadé lors de l’aspiration de la vapeur. Il est ensuite inhalé dans les poumons. Si vous pratiquez une inhalation indirecte, il faut fermer l'airflow. La bague de réglage doit couvrir le plus grand nombre de trous possible pour laisser passer un minimum d’air.

- En inhalation directe (DL pour Direct Lung). Vous devez donc placer la bague sur une position ouverte. Ainsi, un maximum d’air s’infiltrera dans chaque trou et pourra accéder à la chambre de chauffe.

Ainsi, vous pouvez régler l'airflow selon vos préférences. Il suffit de couvrir ou de découvrir les trous d'air pour obtenir le rendu que vous souhaitez.

 

 

Le rôle du drip-tip et ses secrets

Votre drip-tip est en fait une véritable valeur ajoutée à votre matériel, une sorte de petit plus indispensable pour avoir une cohérence de A à Z dans votre configuration de vape.

Attention à ne pas vous tromper si vous achetez en ligne, il existe 2 tailles de drip-tip, le modèle 510 et le 810 :

Les matériels pour débutants types "PODS" ont souvent des drip-tips que l'on nomme "propriétaires", c'est-à-dire qu'ils ne sont pas interchangeables. Sur des kits un peu plus sophistiquées mais néanmoins conseillés aux débutants, ils peuvent s'adapter.

Le diamètre de votre drip-tip aura une influence directe sur votre tirage, sur le rendu de la vapeur en bouche et sur le goût de vos liquides (il existe des adaptateurs).

En dehors des 2 tailles existantes, il existe plusieurs formes :

  • le DT à bec plat, qui épouse la forme des lèvres, pour une ergonomie maximale et un tirage très serré ;
  • le DT « long neck » soit fine et allongée pour un tirage serré et une ergonomie appréciable ;
  • le DT cylindrique, à plus ou moins gros diamètre pour une vape allant de serrée à aérienne ;
  • et les embouts larges dits « wide-bore » pour plus d’air à l’aspiration, plus de vapeur en bouche et une vape ultra-aérienne.

La forme des drip-tips influence la manière de les porter à la bouche et d’aspirer l’air.

- Plus un drip-tip a un bout qui s’affine et plus il faut pincer les lèvres pour tirer.
- À l’inverse, plus un drip-tip a un bout large et plus il faut ouvrir les lèvres pour faire entrer la vapeur.

Chacun peut donc préférer une prise en bouche différente, reste à voir si la position des lèvres la plus confortable sera en adéquation avec le tirage recherché.

Les lèvres pincées vont de pair avec l’inhalation indirecte et le tirage serré tandis que les lèvres ouvertes vont avec l’inhalation directe et le tirage aérien.

Certains fabricants proposent 2 styles de drip-tip dans leur kit, un pour la vape en MTL et l'autre en DL selon la résistance que l'on utilise et ça peut -être intéressant si on veut faire évoluer sa vape plus tard.

ATTENTION
Tous les drip-tips n’ont en effet pas les même propriétés isolantes.

Certaines matières sont ainsi plus conseillées pour réduire la température de la vapeur et éviter de se brûler en cas de chauffe importante (normalement de matériaux utilisé est stipulé sur la fiche technique du drip-tip).

 

La contenance du réservoir des e-liquides

Le matériel débutant n'a généralement pas une grande capacité de e-liquide, le minimum étant de 2 ml.

Faire attention à ce détail, surtout si vous êtes gros fumeur, pour éviter de tomber en rupture de e-liquide et ne plus pouvoir vapoter de la journée (retour à la clope quasi-inévitable).

Pour les modèles à cartouche comme les pods, pensez à acheter une cartouche supplémentaire.

NE JAMAIS SE COMPARER AUX AUTRES VAPOTEURS

Chaque vapoteur est différent, c'est totalement différent avec le tabac.

A l'époque où vous fumiez, il devait vous arriver souvent de dire "je fume plus que lui..." ou "je fume moins qu'elle...". Une cigarette étant une cigarette, la comparaison est aisée...

Le "je vapote PLUS que lui...." ou "il vapote MIEUX que moi..." n'a aucun sens.

  • vous n'avez pas la même batterie (batterie basique, batterie sophistiquée...),
  • vous n'avez pas le même réservoir de e_liquide (clearomiseur, atomiseur classique, atomiseur reconstructible, dripper...)
  • vous n'avez pas la même valeur de résistance, et vous n'êtes pas au même niveau de puissance (watts).
  • vous n'avez pas la même composition de e-liquide (PG/VG),
  • vous n'avez pas le même taux de nicotine,
  • vous n'inhalez pas de la même façon (vape directe ou indirecte),
  • vous ne vapotez pas au même rythme,
  • ... ça en fait des différence pour pouvoir comparer...
Tag(s) : #Conseils Sevrage, #Conseils Vape, #Sevrage Tabagique, #Nicotine
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :